La biodisponibilité des 3 formes de la Vitamine C

Vitamine C non liposphérique – Vitamine C liposomale – Vitamine C  voie intraveineuse

La question de la biodisponibilité des 3 formes de vitamine C (en poudre, liposomale, par voie intraveineuse) est récurrente. Sur internet on trouve des informations selon lesquelles la vitamine C encapsulée dans des liposomes aurait une biodisponibilité supérieure à la vitamine C intraveineuse et la vitamine C non encapsulée (en comprimé ou en poudre) dans un rapport de 1 à 10 voire plus. Est-ce vrai ?

Pour répondre à cette question nous vous proposons de découvrir les résultats de deux études scientifiques américaines récentes et indépendantes.

La Clinique Riordan

En 2017, la clinique américaine Riordan a comparé la biodisponibilité de la vitamine C intraveineuse et liposomale. Les résultats obtenus sont les suivants :

  • Groupe 1

Après une administration de 25 g de vitamine C par voie intraveineuse, la concentration plasmatique de l’acide ascorbique augmente de 112 à 140 fois.

  • Groupe 2

Après la prise de 25 g de vitamine C liposomale par voie orale, la concentration plasmatique a augmenté d’un peu plus de 7 fois.

Les résultats sont sans appel : la biodisponibilité de la vitamine C administrée par voie intraveineuse est jusqu’à vingt fois supérieure à la vitamine C liposphérique consommée par voie orale.

Qu’en est-il de la biodisponibilité de la vitamine C non liposphérique ?

Le Département de la Santé du Colorado

Une étude publiée en 2016 par le département de la santé de l’Université du Colorado, compare la biodisponibilité des 3 formes de vitamine C : encapsulée (liposomale), non encapsulée (en poudre/comprimé), et la forme administrée par voie intraveineuse.

Trois groupes se sont vus administrer 4 g de vitamine C liposomale, non liposomale, et par voie intraveineuse. Ils ont ensuite mesuré chaque heure le taux plasmatique d’acide ascorbique. Ces mesures ont permis de mettre en évidence la biodisponibilité de chacune de ces trois formes.

  • Vitamine C par voie intraveineuse :    34 mg/dL
  • Vitamine C encapsulée :       3,4 mg /dL
  • Vitamine C non encapsulée : 2,2 mg/dL

Nous reproduisons ci-dessous les schémas des résultats de cette étude :

Ces études de biodisponibilité mettent en évidence deux choses intéressantes :

  • La biodisponibilité de la vitamine C liposphérique et non liposphérique est voisine
  • Le corps continue d’absorber de la vitamine C même après 1 gramme, qu’elle soit encapsulée ou non.

Comment expliquer leur biodisponibilité voisine ?

Les scientifiques nous expliquent que les liposomes sont quasiment tous détruits (environ 90%) par les acides biliaires, libérant ainsi la vitamine C qui est ensuite absorbée de façon normale. Il n’existe pas de liposomes, toutes tailles confondues, capables de résister à l’acidité du tube digestif. La seule façon de passer la barrière intestinale serait d’injecter les liposomes (stériles) par voie intramusculaire ou intraveineuse. Autant injecter directement la forme intraveineuse…

 Notre conclusion :

Contrairement aux informations qui circulent sur internet, et parfois relayées par des professionnels de santé, les deux formes de vitamine C encapsulée et non encapsulée ont en réalité une biodisponibilité proche.

Il existe cependant des laboratoires qui affichent une biodisponibilité de la vitamine C liposphérique de 98% voire davantage… Il s’agit en réalité d’une biodisponibilité obtenue en appliquant la vitamine C liposphérique directement sur la peau. Cette biodisponibilité a ensuite été extrapolée au tube digestif. Une méthode qui nous semble pour le moins contestable, et de toute évidence mise à mal et contredite par les études scientifiques indépendantes américaines. Celles-ci ont permis d’identifier les réels taux de biodisponibilité des trois formes de vitamine C. La vitamine C liposphérique et non-liposphérique ont une biodisponibilité voisine mais pour des prix d’achat sensiblement différents ! Par ailleurs, la vitamine C liposphérique contient beaucoup d’autres substances (bien lire les étiquettes). Alors que la vitamine C pure en poudre ne contient qu’elle-même répondant ainsi à notre exigence de naturalité !

Auteur : Ines RAIS Nutritionniste

Décembre 2018